Tribune libre : Pourquoi nos service-clubs déclinent et comment changer cela ? (2/3)

 

Pourquoi nos service-clubs déclinent et comment changer cela ?

Par Marc Allaer, Président de la zone C51 – Librement inspiré de l’article de Michael Brand, Rotary Club Oregon City, OR.

Dans le nouveau monde, ce que les gens désirent le plus, c’est une opportunité de se connecter les uns aux autres. Les gens aiment se lier à d’autres personnes. C’est la nature humaine. Si nous créons des opportunités aux gens de se connecter, ils s’ouvriront et se sentiront plus à l’aise. Ce faisant, ils nous inviteront dans leur vie et nous présenteront à leurs amis. Ensuite, leurs amis deviennent notre famille, notre tribu. Un par un, nous reconstruisons nos clubs. Les statistiques sont très convaincantes. La moitié des dons de bienfaisance aux États-Unis ne sont pas motivés par ce dont les gens se soucient, mais plutôt par ce dont leurs amis et leur famille se soucient. Prenons par exemple une marche parrainée ou une balade à vélo. La plupart des participants sont peu impliqués pour l’œuvre en arrière-plan, mais se groupent pour marcher dans le cadre d’une équipe organisée par un ami ou un membre de la famille. C’est leur communauté. Les service-clubs qui vont prospérer dans le proche avenir sont ceux qui construiront leur tribu.

Donner la priorité au temps, pas à la thésaurisation

Le tourbillon de la vie nous entraîne.  Bien que nous ne travaillions pas beaucoup plus que les générations précédentes, nous consacrons beaucoup plus de temps à ce qu’on pourrait appeler des «activités de loisirs structurées». Cela est particulièrement vrai pour les familles avec enfants. Pour elles, le temps est plus précieux que le talent ou l’argent. Pour les familles biparentales, souvent les deux parents travaillent et partagent les tâches domestiques et d’éducation des enfants. Donc, ce qui les attirera n’est pas tant notre mission, mais comment nous pouvons ajouter à la qualité de leur vie. Leur temps est précieux. Alors, comment pouvons-nous nous adapter pour nous rendre plus accueillants dans cette société émergente ?

Construire une atmosphère informelle

Le format de notre club est-il dépassé ? Le repas tous les quinze jours est-il un format productif ? Les rituels spécifiques à nos rencontres ont-ils du sens pour les jeunes ? Beaucoup essayent de faire un pas de côté ou d’ignorer ces obstacles plutôt que de les traiter. C’est la nature humaine car la force la plus puissante du monde est le statu quo.

Mais les gens se connectent maintenant en ligne, donc ils n’ont pas besoin de l’investissement en temps d’une réunion hebdomadaire pour faire du réseautage. Les leaders doivent identifier et supprimer les obstacles. La structure de nos réunions de club est-elle un obstacle à la participation ? Une chose est claire: ce que les générations émergentes veulent dans les rencontres physiques, c’est que l’environnement soit fondamentalement social, fondamentalement conversationnel et fondamentalement moins formel.

Permettez-leur d’amener toute la famille

L’une des tendances encourageantes du monde moderne est la façon dont les hommes jouent un rôle beaucoup plus actif dans l’éducation des enfants. Ceci est sans doute dû au rôle croissant des femmes au travail et également par des hommes désireux de jouer un rôle plus central dans le développement de leurs enfants.

Ces familles à deux parents et deux carrières ont des revenus supérieurs à la moyenne et devraient être une priorité de notre stratégie de recrutement. Ils gagnent plus et sont plus actifs. Si nous voulons les rallier à notre cause, nous devons offrir un milieu qui permette et engage également leurs enfants, car ils n’abandonneront pas de précieux moments en famille pour qui que ce soit. Alors, notre club offre-t-il un environnement familial ?

Suite et fin dans le prochain District News.

2018-11-19T17:55:05+00:0017/11/2018|