Thérèse KAISIN, première des quatre « New Voices » du District C.

Interview du 7 janvier 2019 par Marc ALLAER, président de la zone C51

Marc Allaer : Bonjour Thérèse. Voudrais-tu te présenter aux lecteurs du District News ?

Thérèse Kaisin : Bien sûr. Je suis membre LIONS depuis bientôt 18 ans.  Mon club est Woluwé Constellations, et j’en suis actuellement la secrétaire.

MA : Notre gouverneur souhaite mettre à l’honneur 4 femmes LIONS qui illustrent, chacune dans son domaine, une implication exemplaire pour une ou des œuvres sociales.  Pourrais-tu nous en dire plus ?

TK : Nous intervenons auprès de trois instances : le foyer Lilla-Monod qui est une maison d’accueil pour jeunes filles entre 14 et 18 ans placées par le juge de la jeunesse, Le Silex, qui s’occupe de jeunes adultes en difficultés mentales, et la consultation « Multi » du docteur DEMBOUR, à St Luc.

C’est cette dernière activité qui nous prend le plus de temps, autour de 60 heures par mois.  En effet, tous les mardis matins, deux ou trois membres de notre club se retrouvent dans les couloirs de St Luc pour y aider, guider et soutenir ceux qui en ont bien besoin.

MA : de qui parle-t-on ici ?

TK : d’enfants atteints de trisomie 21 et leurs parents.  Tu sais que les trisomiques ont presque tous des problèmes de santé annexes à leur état spécifique, principalement des problèmes cardiaques, mais pas que.  Le docteur Guy Dembour a instauré une consultation multidisciplinaire au cours de laquelle les enfants sont vus tour à tour par 7 spécialistes différents (cardio, ophtalmo, ORL, neuro-psy, psychomot, kiné, logopède).  Ce sont plus de 400 enfants qui, semaine après semaine, passent dans les couloirs de St Luc, certains venant de l’étranger.  Les rendez-vous sont pris plus de six mois à l’avance.  En rater un est un vrai problème.  Il n’est pas facile de guider parents et enfants au gré des examens, et notre présence, outre qu’elle rassure les plus petits, calme également le stress des parents.

MA : comment est née cette activité et comment s’inscrit-elle dans votre démarche globale de club ?

TK : Il y a 17 ans, notre club se mettait en place. Anita, membre de « la chaîne de l’espoir », nous a parlé de ce qui à l’époque, était l’embryon des premières consultations multi disciplinaires.  Nous avons plongé dans le bain, et avons été lauréats de l’œuvre Nationale en 2008.  Le fait de se trouver au contact proche des jeunes patients et de leurs parents constitue pour chaque membre présent un grand et réel bonheur.  Cela tisse également des liens entre nous.  Je voudrais insister sur le fait que je ne suis pas seule.  Il s’agit bien d’un vrai travail d’équipe, et je rends hommage à mes camarades et Ami(e)s.

MA : merci chère Thérèse, pour cette belle illustration de l’aide qu’il est possible d’apporter concrètement aux moins chanceux de notre pays.