DOSSIER LE VOLONTARIAT EN BELGIQUE (1/3)

Pourquoi parler de volontariat alors que nous sommes tous bénévoles ? 

De fait, c’est chou-vert et vert-chou. Les deux vocables sont utilisés dans le langage courant pour désigner quelqu’un qui preste sans rémunération un travail au service d’autrui.

Cependant, en Belgique, depuis 2005 une loi précise la notion de volontaire et le terme “volontaire” a été choisi, notamment pour s’aligner sur d’autres langues européennes : volunteer (En), voluntario (Es), volontario (It)…

En résumé, selon la loi, un “volontaire” c’est quelqu’un qui :

  • exerce une activité,
  • sans rétribution
  • ni obligation
  • au profit d’autres personnes ou de la collectivité
  • en dehors d’un contexte normal de travail
  • dans une organisation

Mais que représente aujourd’hui le volontariat en Belgique ? Qui sont ces femmes et ces hommes qui choisissent de s’investir – un peu, beaucoup, énormément – dans des activités bénévoles ? Le volontaire, on l’imagine souvent avec des cheveux poivre-et-sel, aisé, pétri de bonnes intentions et farci de paternalisme ou la dame patronnesse de Jacques Brel qui aurait troqué le tricot contre le colis alimentaire. Au-delà de ce cliché, jusqu’il y a peu, on savait que les volontaires existaient, mais on ne pouvait qu’évaluer leur nombre, faute d’informations fiables.  Fin 2014, à l’initiative de la Fondation Roi Baudouin, un volet ‘’bénévolat‘’ a été ajouté à l’enquête annuelle sur les forces de travail menée par le Service Public Fédéral Économie et, une étude universitaire a interprété les données recueillies lors de cette enquête menée auprès de 10000 personnes.  Les chiffres nous réservent quelques surprises. 

On peut estimer qu’en Belgique plus de 1.800.000 personnes font du bénévolat au sens large, dans des organisations et/ou au bénéfice direct de tiers (bénévolat informel). Parmi ces bénévoles, près de 1.166.000 personnes, soit 12,5% de la population belge âgée de 15 ans et plus, effectuent des prestations gratuites au sein d’organisations et peuvent donc être qualifiées de volontaires au sens de ladite loi belge. Ce pourcentage, déjà remarquable, est encore plus élevé dans d’autres études dont  une  menée au plan européen qui aboutit, en 2011, à un taux de bénévolat global (dans et hors organisations) de 26% pour la Belgique !

A suivre…

Michel Craps

LC Court-Saint-Étienne/GN – Commission Communication

Sources : Fondation Roi Baudouin, Le volontariat en Belgique, chiffres clés. Octobre 2015

2019-10-12T10:43:06+00:006/8/2019|