An important day in June

Il vous paraîtra sans doute étonnant que je choisisse, pour illustrer le dernier éditorial de mon gouvernorat, la photo d’Aloïs Alzheimer, ce neurologue allemand, né le 14 juin 1864, connu pour sa description de la maladie de la mémoire qui porte son nom.

Pourtant, au moment de dresser le bilan personnel de l’année Lions qui se termine, je dois nécessairement faire appel à ma mémoire, et je me rends compte qu’aussitôt, celle-ci devient sélective : elle sélectionne, élimine, exagère, minimise, glorifie, dénigre. Elle façonne sa propre version des événements, livre sa propre réalité. Hétérogène, mais cohérente. Imparfaite, mais sincère. Elle charrie tant d’histoires, de bons moments, d’illusions, de déceptions, de satisfactions, de regrets, de nouvelles amitiés, qu’il n’est pas évident d’en démêler les fils.

Si bien que finalement, j’y renonce et ne retiendrai qu’une seule chose des douze mois passés comme gouverneur en votre compagnie : c’est la chaleur de votre accueil, dans chacun des clubs visités, sans aucune exception, les rencontres de très belles personnes, les discussions agréables avec les voisins de table, la découverte des magnifiques initiatives sociales, de toutes dimensions, de toutes natures, menées à bien, l’énorme potentiel qui subsiste encore – et qui ne demande qu’à être libéré – autour des clubs et des individus qui en font partie, tous animés du même idéal “we serve”. 


“Elle charrie tant d’histoires, de bons moments, d’illusions, de déceptions, de satisfactions, de regrets,
de nouvelles amitiés, qu’il n’est pas évident d’en démêler les fils.” 


Le Lions Clubs m’a permis de vivre une année unique en son genre que je ne suis pas prêt d’oublier. Et que je vous dois. Un grand merci à tous !

Avec mon amitié la plus sincère,

Votre gouverneur
Eric BENOIT

2019-06-16T17:37:29+00:0016/6/2019|