An important day in February

Au moment où vous lirez ces lignes, si vous êtes en couple, la célébration de « votre » Saint-Valentin 2019 sera encore fraîche dans votre mémoire : échange de mots doux ? de cadeaux ? de fleurs ? restaurant en tête à tête ? ou même en présence de notre présidente internationale de passage en Belgique (voir plus loin) ? … Chacun fête le 14 février à sa façon.

L’origine de cette fête remonte au XIVe siècle en Grande-Bretagne où la Saint-Valentin commença à être célébrée comme la fête des amoureux car l’on pensait que les oiseaux choisissaient ce jour pour s’apparier. Plus largement, la fête est aujourd’hui associée à l’amour tout court, sous toutes ses formes : l’amour sentimental, l’amour parental, l’amour filial, …

Entendons-nous bien, il vaudrait mieux dire « sous presque toutes ses formes ». Car le mot amour, au fil du temps, est devenu un terme fourre-tout qui désigne bien plus que des émotions positives entre deux personnes. On peut aimer la confiture de fraises, un beau panorama, les collections de timbres, se prélasser au soleil, etc.

Mais attardons-nous plus spécifiquement sur la forme d’amour qui constitue l’ADN des service clubs : l’amour d’autrui. Trois sentiments, souvent confondus entre eux, mais que l’on peut mettre dans une échelle, peuvent traduire ce type d’amour : l’empathie, la sympathie et la compassion. L’empathie vous met à l’unisson du sentiment de l’autre : je suis triste quand tu es triste. La sympathie vous incite à vous faire du souci pour quelqu’un qui a du chagrin : vous ne partagez pas sa tristesse, vous sympathisez avec sa peine. La compassion est la sympathie à laquelle s’ajoute l’envie d’agir : tu souffres tellement que je voudrais t’aider.

Il va de soi que, plus nous sommes proches de la compassion pour nos bénéficiaires, plus nous serons à même de montrer notre amour et d’agir pour eux, et plus nous serons de bon(ne)s Lion(ne)s. Pour cela, à mes yeux, une seule recette : soyons (plus ?) présent(e)s sur le terrain de nos œuvres, écoutons les récits de ceux que nous voulons aider, regardons-les dans les yeux, donnons-leur le bras … alors, nous compatirons davantage avec eux et nous les aimerons vraiment.

Votre gouverneur

Eric BENOIT

2019-02-10T16:16:46+00:0010/2/2019|